COVID-19 : Les poumons en soufflent encore un an plus tard

Un tiers des patients hospitalisés pour une forme grave de COVID-19 présentent toujours des anomalies pulmonaires un an plus tard, constate cette équipe de médecins de l’Université de Southampton. L’étude, publiée dans le Lancet Respiratory Medicine confirment que la plupart de ces patients hospitalisés pour des formes plus sévères ont retrouvé la santé cependant des mois après leur récupération, leurs poumons ont toujours des marques de la maladie.

 

Les personnes sont le plus souvent hospitalisées pour une infection au COVID-19 en cas de troubles respiratoires. Si des progrès considérables ont été réalisés dans la prise en charge de la pneumonie aiguë et de la détresse pulmonaire associées au COVID-19, on en sait encore peu sur la récupération et l’éventuelle persistance des lésions pulmonaires et des symptômes respiratoires.

Suivre ces patients sur le long terme

Les chercheurs britanniques avec leurs collègues de Wuhan, ont enquêté sur le cours naturel de la guérison d’une pneumonie sévère associée au COVID-19 sur une durée d’1 an après l’hospitalisation, chez 83 patients recrutés à leur sortie de l’hôpital et évalués à 3,6 et 12 mois. Chaque évaluation comprenait des mesures du fonctionnement des poumons, une tomodensitométrie et un test de marche. Cette analyse montre :

 

à 12 mois, une amélioration des symptômes chez la plupart des participants, avec
une récupération de la capacité d’exercice,
mais des changements persistants aux poumons toujours perceptibles au scanner.
à 12 mois, la majorité des patients se sont complètement rétablis,
cependant, 5% des patients signalent encore un essoufflement ;
un tiers des participants présentent toujours une fonction pulmonaire réduite, en particulier en termes de transfert de l’oxygène des poumons dans le sang – un symptôme plus fréquemment observé chez les femmes que chez les hommes ;
chez 25% des patients, le scanner détecte des zones anormales dans les poumons, en particulier chez les patients ayant développé les complications pulmonaires les plus sévères.

 

En conclusion, « la majorité des patients atteints de pneumonie sévère suite au COVID se rétablissent complètement, même si pour certains, cela prend plusieurs mois. Chez un petit nombre de patients, les poumons portent encore les traces de la maladie, une année plus tard. Nous devrons regarder ce qui se passe au-delà de 12 mois », comment l’auteur principal, le Dr Mark Jones, professeur agrégé en médecine respiratoire à l’Université de Southampton.

 

Les implications comprennent la nécessité d’un suivi respiratoire de routine de ce groupe de patients et suggèrent que des programmes d’exercice pourraient aider à une récupération plus rapide.

Source: The Lancet Respiratory Medicine May 05, 2021 DOI: 10.1016/S2213-2600(21)00174-0 3-month, 6-month, 9-month, and 12-month respiratory outcomes in patients following COVID-19-related hospitalisation: a prospective study

Plus sur le COVID long

Équipe de rédaction Santélog

Cet article COVID-19 : Les poumons en soufflent encore un an plus tard est apparu en premier sur Santé blog.

The post COVID-19 : Les poumons en soufflent encore un an plus tard first appeared on ProcuRSS.eu.