COVID-19 : Un risque d’AVC ischémique même en cas de forme asymptomatique

Le SRAS-CoV-2 peut attaquer la paroi endothéliale (des vaisseaux sanguins), ce qui peut déclencher l’AVC (Visuel Adobe stock 347478368)

De nombreuses études ont montré qu’au cours de l’infection COVID-19, le SRAS-CoV-2 peut attaquer la paroi endothéliale (des vaisseaux sanguins), ce qui peut déclencher l’AVC. Mais ce que montre cette étude de cas, publiée dans le JAMA, c’est l’incidence élevée de l’AVC ischémique aigu (AIS : Acute ischemic stroke) chez des participants hommes, âgés de 50 ans ou moins et en phase de convalescence d’une forme asymptomatique de COVID-19. L’étude précise ainsi les facteurs de risque, le taux d’incidence et les caractéristiques de l’AVC ischémique aigu chez ces patients COVID-19 et alerte sur la nécessité d’une surveillance du risque d’AIS bien après le diagnostic.

 

L’AVC ischémique aigu (AIS) est une complication neurologique maintenant connue chez les patients COVID-19. Cependant, l’AIS n’a pas été décrit comme une séquelle tardive chez les patients asymptomatiques. Pourtant, c’est l’objet de cette série de cas, qui a suivi 18 patients ayant développé un AIS pendant leur convalescence post COVID-19 asymptomatique. Cette petite analyse révèle que le début médian de l’AVC se situe environ 2 mois après le diagnostic de COVID-19.

Évaluer le risque d’AIS chez les adultes en phase de convalescence

L’équipe du National Neuroscience Institute (Singapour) a identifié de manière prospective des patients masculins ayant reçu des soins pour AIS entre mai et octobre 2020. Tous ces patients avaient développé un COVID-19 asymptomatique mais confirmé en laboratoire. Ces participants ont subi plusieurs évaluations, examens d’l’imagerie et analyses de laboratoire. L’analyse des données constate :

  • un délai médian entre le résultat de test sérologique positif et l’AIS 55 jours ;
  • 56% de ces patients ont présenté une occlusion de gros vaisseaux, et 6 ont dû subir une thrombolyse intraveineuse et / ou un traitement endovasculaire ;
  • 17% avaient un facteur d’embolie cardiaque ;
  • le taux d’incidence annuel estimé de l’AIS était de 82,6 cas pour 100.000 chez la population de patients COVID au sein de laquelle ont été sélectionnés ces patients, vs 38,2 cas pour 100.000 en population générale, hors COVID.

 

Ainsi, cette étude de cas suggère que le risque d’AIS est plus élevé chez les adultes de 50 ans ou moins pendant la période de convalescence d’une infection au COVID-19 asymptomatique.

L’AVC ischémique aigu doit donc être envisagé comme une complication du COVID-19, et les unités d’AVC devraient être en alerte et utiliser des tests sérologiques, en particulier chez les patients plus jeunes même en l’absence de facteurs de risque traditionnels.

Source: JAMA Network Open April 22, 2021 DOI : 10.1001/jamanetworkopen.2021.7498 Acute Ischemic Stroke During the Convalescent Phase of Asymptomatic COVID-2019 Infection in Men

Lire aussi :

  • COVID-19 : Le risque d’AVC lié à une réponse immunitaire prolongée
  • COVID-19 : AVC, quel risque, quelles caractéristiques ?
Équipe de rédaction Santélog

Cet article COVID-19 : Un risque d’AVC ischémique même en cas de forme asymptomatique est apparu en premier sur Santé blog.

The post COVID-19 : Un risque d’AVC ischémique même en cas de forme asymptomatique first appeared on ProcuRSS.eu.