OMEGA-3 : Certains sont bons pour le cœur mais d’autres pas

Alors les omega-3 bénéfiques ou néfastes à la santé ? Et si oui, faut-il préférer les aliments riches en omega-3 ou une simple supplémentation ?

Le débat se poursuit et au fil des études, la connaissance progresse sur les effets multiples de ces acides gras. Pour preuve, cette étude de l’Intermountain Healthcare Heart Institute (Salt Lake City) qui révèle que certains omega-3 sont bénéfiques à la santé cardiaque et d’autres pas. Ainsi, ces travaux, présentés à la Session 2021 de l’American College of Cardiology (ACC) révèlent que la combinaison d’omega-3 habituellement trouvée dans des suppléments pourrait ne pas être aussi bénéfique pour le cœur.

 

Les acides gras omega-3 comprennent des acides gras indispensables, nécessaires au bon fonctionnement du corps humain, mais qui ne sont pas produits naturellement par notre corps. Cependant, ils peuvent être apportés par l’alimentation ou par supplémentation, via des nutriments précurseurs. Parmi ces précurseurs des omega-3, l’acide alpha-linolénique (ALA), apporté par l’alimentation puis qui synthétisé par l’organisme qui apporte à son tour 2 autres acides gras oméga 3, l’acide eïcosapentaènoïque (EPA) et l’acide docosahexaènoïque (DHA).

 

Si les médecins recommandent souvent les omega-3 pour aider les patients à réduire leur cholestérol et à améliorer leur santé cardiaque, ces nouvelles données pourraient faire réfléchir ou du moins faire préférer les omega-3 « naturels » des poissons gras. En cause dans ce bénéfice cardiovasculaire, la combinaison acide eicosapentaénoïque (EPA) et acide docosahexaénoïque (DHA), présente dans la plupart des suppléments.

Tous les omega-3 ne se ressemblent pas

Cette nouvelle recherche, menée auprès de près de 987 patients suivis durant 10 ans, révèle en effet que des taux sanguins d’EPA plus élevés réduisent à eux seuls le risque d’événements cardiaques majeurs et de décès chez les patients, alors que

le DHA atténue ces mêmes avantages cardiovasculaires de l’EPA.

Précisément, les taux circulants d’EPA et de DHA ont été mesurés sur des prélèvements sanguins effectués à l’inclusion, puis les chercheurs ont suivi ces patients pendant 10 ans, en recensant événements indésirables cardiaques majeurs, dont la crise cardiaque, l’accident vasculaire cérébral, l’insuffisance cardiaque nécessitant une hospitalisation ou le décès. L’analyse constate que :

 

les patients présentant les niveaux les plus élevés d’EPA présentent bien un risque réduit d’événements cardiaques majeurs ;
un DHA plus élevé atténue les avantages de l’EPA ;
les patients présentant des niveaux plus élevés de DHA que d’EPA sont plus à risque de problèmes cardiaques.
Ainsi, des niveaux de DHA plus élevés ne sont pas favorables à la santé.

 

L’auteur principal, Viet T. Le, chercheur en cardiologie à l’Intermountain Heart Institute souligne que si le conseil de prendre des omega-3 pour la santé cardiaque est fréquent, de précédentes études se sont déjà inscrites en faux contre cette allégation : « Nos résultats montrent que tous les omega-3 ne se ressemblent pas, et que l’EPA et le DHA combinés ensemble, comme ils le sont dans des suppléments, peuvent annuler tous les avantages possibles avec certains omega-3 spécifiques ».

 

Ces nouvelles données soulèvent donc des inquiétudes sur l’utilisation courante des suppléments d’omega-3, la plupart combinant l’EPA et le DHA.

Ces données sont donc plutôt en faveur d’un apport alimentaire et naturel, si besoin, en omega-3.

Équipe de rédaction Santélog

Cet article OMEGA-3 : Certains sont bons pour le cœur mais d’autres pas est apparu en premier sur Santé blog.

The post OMEGA-3 : Certains sont bons pour le cœur mais d’autres pas first appeared on ProcuRSS.eu.